Tag: nourrisson

 


En réponse à l’article « Dangereuse, efficace, sans effet ? L’ostéopathie sur les nourrissons, une pratique qui divise » paru sur le site de France Info le 9 mars dernier.

 OSTEONAT, organisme de formation professionnelle en ostéopathie périnatale et pédiatrique, tient à faire observer les points suivants :

On peut considérer que les détracteurs intervenant dans cet article ne tiennent pas compte de trois réalités :

  • La démarche scientifique commence obligatoirement par l’observation des faits non connus.  Ils condamnent une pratique à priori, sans avoir la curiosité scientifique minimale qui consisterait à observer de façon neutre ce que font les ostéopathes. Le passé est riche de ce type d’erreur, même en Médecine ; il est navrant de constater qu’ils ne s’appliquent pas le principe scientifique qu’ils mettent en avant de façon si apparemment vertueuse. Quant à l’évaluation scientifique de la pratique, on confine à la mauvaise foi,  l’approche ostéopathique ne bénéficiant d’aucun crédit de recherche. Les structures de recherche sollicitées refusent systématiquement d’évaluer la pratique et son efficacité. Nous avons de nombreux exemples illustrant ces refus ; il est paradoxal de demander des validations scientifiques qui seraient utiles à tout le monde, et de refuser de les mettre en place!
  • L’ostéopathie depuis des décennies s’intéresse au nouveau-né et à son adaptation extra-utérine. Les premiers écrits et traitements sur l’ostéopathie néonatale remontent maintenant à presque un siècle ; il y a plus de  30000 ostéopathes en France qui traitent des dizaines de milliers de nourrissons, sans qu’une épidémie d’accidents soit relevée par les autorités médicales, ni par les réseaux sociaux, connus pour leur promptitude à l’indignation. Les enseignants d’OSTEONAT font partie depuis 20 ans de ceux qui ont fait avancer l’ostéopathie en environnement périnatal, en transdisciplinarité avec les autres praticiens, quelle que soit leur spécialité. Transdisciplinarité veut dire complémentarité à travers un objectif commun à tous les participants, en l’occurrence l’accueil au bébé. Il parait douteux qu’en 20 ans une éventuelle dangerosité des interventions ait échappé aux nombreux praticiens compétents qui, eux, ont accepté d’observer sans à priori.
  • La demande thérapeutique vient des parents. L’ostéopathie chez le nouveau-né n’existerait pas sans leur demande ; elle n’est pas le résultat d’un prosélytisme professionnel. Ils y trouvent visiblement des réponses non apportées par ailleurs. Les assurances ne font pas état de plaintes pour accidents ou maltraitances de la part des praticiens. La vraie attitude thérapeutique consisterait à comprendre cette demande (et en quoi on y manque) avant de porter des jugements aussi abrupts sur ceux qui semblent y répondre. Le simple fait que nos détracteurs dans leurs objections oublient l’enfant et ses besoins, pour se concentrer sur des approches techniques qu’ils ne connaissent pas, illustre un probable déficit d’intérêt pour le patient.

Tout est loin d’être parfait, et la jeunesse même de la pratique sur le nouveau-né devrait faire réfléchir les thérapeutes sincères ostéopathes et des autres spécialités aux procédures de travail en commun permettant d’aider ces bébés qui peuvent être en réelle difficulté d’adaptation néo natale.

Share

Programme de la formation en Ostéopathie Périnatale

Historique de notre abord conceptuel : le bébé dans le concept ostéopathique

« on peut traiter un adulte comme un nourrisson, mais on ne peut pas traiter un nourrisson comme un adulte »

Méthodologie de « recrutement par le dossier »,  quel bébé a besoin d’une consultation ostéopathique ?  quand ?  par qui ?  Que peut-on attendre de la consultation ostéopathique ?
Recrutement par l’évaluation fonctionnelle, échelles d’évaluation.
Prospective,  programmation de traitements.

Approche Conceptuelle du Nouveau-né :
Traitement de la vie fœtale ou de la naissance ?
Importance de l ’ environnement liquide
différence entre la « physiologie articulaire » néo-natale et celle de l’adulte
Importance des rapports contenant/contenu.

Caractéristiques du nouveau-né, moyens d’évaluation :
Présentation sur le nouveau-né

Motifs de consultation les plus fréquents chez le nourrisson  comment les prendre en charge ?:
Plagiocéphalie., agitation, régurgitations. « coliques » du nourrisson »….

Troubles fonctionnels de la succion déglutition du nouveau-né
diagnostics différentiels diagnostic et traitements ostéopathiques

Accouchement, impact sur le fœtus :
Rappel sur l’accouchement eutocique.
Accouchements différents : siège, extractions, expression abdominale, Analgésie Péridurale, césarienne.

Abord des dysfonctions selon qu’elles sont fœtales ou obstétricales :
Fœtales : oligoamnios, césariennes, jumeaux, siège…
Obstétricales.
Dysfonctions embryologiques :
Développement et déductions.
Aspect fluidique

Les dysfonctionnements interactifs de la dyade mère -bébé; incidences, diagnostic et prise en charge ostéopathique 
Approche ostéopathique de la grossesse et des suites de couches :
Evolution posturale du corps.
Intérêt d’un « suivi ostéopathique » dans le cadre de la grossesse, dans une visée eutocique.
Intérêt du suivi ostéopathique en suite de couches

CONCLUSION :
Quels axes de progression pour les ostéopathes ?

Les séquences théoriques (rappels ou justification des propos) sont majoritairement basées sur des présentations informatiques. Des séquences pratiques ainsi que des consultations filmées commentées viendront les illustrer.

 

Share

« DEFAUTS » POSTURAUX EN PÉDIATRIE : Approche ostéopathique

Tarif : 540€
Horaires : 9h – 12h45, 14h15 – 18h

Automne 2019 – session 16-17-18 octobre 2019

Téléchargez ici le contrat pour la session d’Octobre 2019

Jean Marie BRIAND Ostéopathe DO MRO France – Brésil

La demande des parents concernant les particularités posturales de leur enfant est fréquente, mais les réponses à y apporter méritent qu’on y s’y attarde. Nous avons tous dans nos cabinets des parents inquiets d’une position de pied à l’acquisition de la marche, d’une démarche particulière voire asymétrique de leur enfant, ou d’une posture vertébrale leur semblant mal s’orienter. Cette demande existe tout au long des 16 années du développement de l’enfant.

  • quelle en est l’origine ?
  • pourquoi l’attention qui y est portée en médecine semble insuffisante ? Pourquoi passe -t-on brutalement du « ne vous inquiétez pas, ça va s’arranger tout seul ! » au traitement orthopédique parfois lourd ?
  • Quelles en sont les conséquences à long terme ? Un « défaut » postural est-il définitif ? A-t-il un effet sur le vieillissement de l’individu ?
  •  Le sport a-t-il des conséquences qu’elles soient positives ou négatives ?
  • Quels sont les ponts possibles entre l’Ostéopathie et l’Orthopédie en la matière ?

Il existe en effet une véritable complémentarité entre les deux approches, sans que les ostéopathes en soient réellement conscients. L’approche ostéopathique, bien menée, permet au praticien une véritable « interception »* de l’évolution des organisations tissulaires se manifestant par ces « défauts ».

Le but de cette formation est d’offrir au participant la possibilité d’intégrer à sa pratique la dimension tissulaire spécifique à ce type de symptôme, et d’intervenir efficacement pendant toute la trajectoire de développement de l’enfant, mais également toute la trajectoire de vieillissement du patient qui peut bien sûr y être associée.

Prérequis pour suivre les cours : Cette formation est réservée aux ostéopathes exclusifs ou ayant validé leur DO depuis moins de 3 ans. Elle est aussi ouverte aux étudiants de dernière année de formation si celle-ci est sur 5 ou 6 années.

Jean-Marie Briand Ostéopathe DO MROF

Programme de la formation 

Pour un praticien qui avance en expérience il devient de plus en plus frappant, que la symptomatologie que présente un jeune patient, se greffe sur un schéma ostéopathique préexistant. Et cette même organisation lésionnelle aura une sémiologie et un abord différent à chaque âge de l’enfant (ou de l’adulte), fonction de son terrain propre, de son mode de développement, et de ses activités, notamment physiques…

Sur un organisme et un psychisme en constante mutation, il est important d’aborder en tant que thérapeute un certain nombre de thèmes que nous allons développer durant ces 3 jours de formation :

  • Part du schéma ostéopathique du jeune patient qui se rapporte à sa naissance ou à sa vie intra-utérine.
  • Importance des acquisitions neuro motrices dans le développement d’un enfant.
  • Influence d’un schéma Lésionnel sur la croissance et le développement d’un enfant.
  • L’interdisciplinarité au centre de l’approche ostéopathique de l’enfant ; le regard de l’ostéopathe sur les principales pathologies de développement.
  • Abord spécifique de l’enfant en pédiatrie ; développement physico-psychique et principales pathologies médicales rencontrées.
  • Les approches techniques les plus adaptées à l’enfant et à sa sémiologie : les parts des techniques crânienne, structurelles, intra osseuses, fasciale ou fluidique.
  • Le développement de l’enfant et le sport ; la part du sport dans la santé.
  • La part de l’enfance et de la vie fœtale dans l’organisation tissulaire de l’adulte.
  • Place de l’ostéopathe dans le développement de l’enfant ; état des lieux et espoirs.

Ces différents thèmes sont développés soit en tant que cours spécifiques, soit inclus dans des thèmes de cours plus larges. Nous essayons d’attribuer 1/3 du temps à la pratique. Une certaine variation peut exister en fonction des demandes spécifique des participants.

 

Share

© 2019 Ostéonat

Theme by Anders NorenUp ↑

Share
Share